Une fructueuse collaboration

Les heurtoirs et marteaux de portes, un dossier vieux de 15 ans

dessin de Michel Kolsek
Heurtoirs, dessins de base

Quand mon directeur m’a demandé de regarder comment faire un numéro avec le contenu d’un dossier cartonné, je ne m’attendais pas à vivre une telle aventure créative. En effet en ouvrant la pochette j’ai trouvé outre une disquette, une liasse de dessins au crayon sur des papiers transparents, avec de petits textes visiblement tapés à la machine et photocopiés.

Les heurtoirs étaient dessinés avec des élévations de platine, des vues cavalières, des découpes techniques. C’était touchant car cela faisait 15 ans que le dossier attendait qu’on frotte un peu dessus. C’était un peu comme une vieille lampe à l’huile d’où un génie pouvait surgir… Je me sentais inspirée mais après avoir scanné soigneusement les dessins, et repris au crayon certains d’entre eux, je me suis rendu compte que ma maquette manquait terriblement de couleurs. Après avoir exhumé le fichier Word qui dormait sur la disquette et dégoté sept vieilles photos peu engageantes, je me suis rendue à l’évidence il faudrait que je parle à cet auteur naufragé.

Heurtoirs, premier projet en noir et blanc sans photo

Heurtoirs, exemple de manche sans photo

La rencontre avec l’auteur

J’ai dit à Michel Kolsek, l’auteur du projet sur les heurtoirs et marteaux de porte, que ces dessins n’étaient pas assez séduisants pour tenir le rôle principal dans la revue, il me fallait de belles photos. il me répond qu’il n’a pas d’appareil. Je lui propose un photographe. Il repart songeur un peu déçu. Il a sans doute pensé que j’étais une méchante fille et que je voulais lui imposer un photographe, j’ai eu peur de l’avoir vexé. Mais Michel Kolsek et un homme intelligent et doué. il a loué un appareil photo et refait le tour de tous les heurtoirs et marteaux de porte de la ville de Nevers. Si bien, qu’au rendez-vous suivant il m’a donné une clef USB sur laquelle j’ai eu le plaisir de voir de magnifiques prises de vues de heurtoirs et de poignées de porte. En plus pour Michel c’était la révélation, il aime faire des photos et il a acheté l’appareil.

Première maquette

heurtoirs, maquette couleurs avec photos

Enfin j’ai pu réaliser le projet qui me tenait à cœur et que j’avais imaginé en voyant les dessins. Marier croquis et photos en utilisant une passerelle graphique. Pour cela j’ai utilisé Illustrator, remixé les dessins sous Photoshop. Quant aux photos je les ai toutes traitées sous Lightroom pour baisser les hautes lumières et réduire les reflets du soleil.

Ensuite j’ai choisi une police qui évoque la ferronnerie mais sans chichi, pour correspondre à la personnalité de Michel Kolsek qui est un homme sobre et raffiné. J’ai particulièrement aimé les découpages et les effets que j’ai pu faire avec les dessins et ce qui a été super avec l’auteur c’est qu’il a tout de suite accepté cet univers et compris les pièces complémentaires à donner quand il le fallait. Il a fait un voyage pour photographier 15 ans après le même heurtoir qu’il avait dessiné. Lui qui avait attendu si longtemps ne regrette pas les 15 ans passés avant que nous puissions enfin collaborer sur ce beau projet.

Plusieurs rendez-vous, beaucoup de mails

Nous nous sommes rencontrés en vrai trois ou quatre fois, mais tout le reste nous l’avons fait par mail. Envoie de photo ou corrections par échanges de captures d’écrans. C’était pendant les sessions de travail quand il était libre le mercredi après-midi, c’était intense et cela nous a permis d’avancer très rapidement. J’avais toujours les précisions dont j’avais besoin, de son côté il voyait avancer la maquette presque en temps réel.

L’édition du numéro sur les heurtoirs et marteaux de porte en Nivernais

Une troisième personne fait partie de l’équipe, c’est le directeur, M.Cario, il est très vigilant sur la forme et le texte. Il relit et fait relire la maquette, la teste autour de lui pour voir ce qui devrait être amélioré. Après moult corrections orthographiques, un changement de couleurs sur les titres nous avons porté la maquette chez l’imprimeur et quelques semaines plus tard, Michel Kolsek a enfin reçu son numéro.

numéro de la Camosine sur les heurtoirs

Voir plus d’images sur ce projet « Heurtoirs et Marteaux, boutons poignées de portes en Nivernais » en cliquant ici