clouds et stockages

clouds et stockages

Utilité des clouds et stockages

clouds et stockages el-capitan

Je ne m’attendais pas à subir une panne d’ordinateur assez conséquente pour devoir reformater mon disque dur, donc perdre toutes mes données.
Depuis des années j’ai pris l’habitude de stocker mes images sur des serveurs externes, mais ensuite j’ai voulu travailler avec le creative cloud Adobe.
Puis j’ai compris que ce n’était pas l’idéal.
Dans cet article je vais partager mon expérience personnelle, peut-être que la vôtre sera différente.

Photobucket

clouds et stockages

J’ai utilisé Photobucket au début de ma pratique de l’informatique, cela me paraît bien loin car c’était dans les années 2000. Cependant ce service a sauvé mes données et grâce à mon compte, que j’ai toujours depuis plus de 10 ans, je retrouve avec émotion des albums que j’ai depuis perdus, dans des ordinateurs qui sont partis avec leurs propriétaires.
Aussi je supporte leur publicité envahissante et actuellement, je suis en train de télécharger mes photos dans de nouveaux albums, car je réalise que ce site garde le mieux mes photos-souvenirs.

Google photo

clouds et stockages

Je suis fan de Google, mais si je le mets en deuxième position c’est qu’à vouloir être trop performant, l’aspirateur à images a de petits inconvénients.
J’adore quand il me prend mes images dans l’appareil photo Google de ma tablette et qu’il me sort des animations d’enfer.
En revanche il va proposer des albums de photos ratées, des effets spéciaux sur des images floues, bref c’est un robot, il faut le prendre d’où ça vient.
Là où le côté automatique est plus gênant c’est quand Google vous propose des services qui vous plaisent, auxquels vous vous habituez, puis du jour au lendemain, sans prévenir, il supprime le service, télécharge les mêmes photos depuis un autre ordinateur sur lequel vous avez mis l’outil et vous vous retrouvez avec une tonne d’albums, dont vous ne comprenez plus la chronologie et pour retrouver vos petits, vous devez passer des heures à tourner lentement la molette de votre souris.

Creative cloud Adobe

creative-cloud clouds et stockages

J’ai craqué devant la présentation d’Adobe sur son creative Cloud, je suis ravie et satisfaite des outils sur abonnement, les logiciels sont extraordinaires, en revanche…et oui il y a toujours un bémol.
Quand j’ai voulu profiter de ma tablette, comme la graphiste américaine en démonstration, ma tablette (une galaxie toute neuve et pas de la crotte) était incompatible.
Il n’y en a que pour la pomme et encore la pomme en or.
J’ai été déçue aussi car selon les ordinateurs ce n’est pas la même version de logiciel qui est proposé et en plus quand le cloud est pris d’assaut outre-Atlantique vous pouvez toujours faire la queue en Europe ça prend des heures voire des jours pour mettre sur votre serveur un fichier complet in-design et ces images sources… le travail sur le même fichier en collaboration on oublie.
Par exemple vous voulez collaborer avec une personne qui a les logiciels de l’année précédente, elle ne pourra pas ouvrir les vôtres.
Moralité sur le cloud je ne mets que des PDF bien pépères et encore méfiance, si vous donnez un lien de partage à un collaborateur et qu’ensuite vous changer le dossier, le collaborateur s’il a ouvert l’ancienne version ne sera pas averti d’une actualisation et si son niveau d’utilisateur n’est pas élevé il n’aura pas le reflex d’actualiser… je ne rentre pas dans les détails mais j’ai eu de sérieux malentendus avec un client suite à cela.
Je suis donc revenu à la méthode d’avant, à savoir, prendre mon Filezilla et transférer mes fichiers sur un serveur pro et renommer les fichiers différents à chaque fois pour envoyer des liens neufs à mes clients.
Et comme je ne peux pas me connecter sur internet chez tous les clients, je ne profite même pas des outils géniaux tel Adobe Acrobate DC pro…Frustration !

cloud-adobe

En résumé

Conservez vos albums-souvenirs sur Photobucket, amusez-vous avec Google photos, et oubliez le creative cloud sauf pour stocker vos fichiers PDF perso ou vos images à partager sur Behance.
Je retourne de ce pas faire mes sauvegardes et jure d’être plus systématique dès que je me serai débarrassé de la dernière mise à jour d’El capitan, dernier conseil si vous avez un MAC ne faites pas la mise à jour 10.11.5 si vous n’êtes pas certain d’avoir tout sauvegardé avant, ce n’est vraiment pas marrant de ne plus pouvoir arrêter son ordinateur.
J’en profite pour remercier l’équipe de dépannage d’Apple j’ai pris hier le petit déjeuner avec Alicia et le café avec David car il a fallu que je passe 4 heures au téléphone pour en arriver à reformater les disques durs de mes deux ordinateurs MAC.

Le site pour Prémery

Le site pour Prémery

cafe- site

Une belle expérience que ce site solidaire et collaboratif

Chacun apporte sa pierre à l’édifice, il y a les copines qui relisent et corrigent, le chéri qui photographie, les commerçants qui me reçoivent.
Les langues vont bon train et dans l’ensemble la colle a bien pris et chaque jour de nouvelles pages apparaissent.
J’aimerais pouvoir faire tout d’un coup, mais cela ne serait pas aussi convivial.
Je préfère donner du temps à chacun, sachant que par la suite nous nous habituerons à un rythme mensuel des mises à jour et que cela me prendra moins de temps que la création du départ.

cafe-site

Qu’apporte ce site à une petite ville comme Prémery ?

Pour l’instant le fait de faire ce site démontre qu’il est possible de rendre accessible à tous une vitrine sur le net.
Dans un département très rural et de plus au centre de celui-ci où il y a très peu d’urbanisation il était urgent de faire connaître les atouts du canton.
Pour le moral des gens aussi c’est important, cela permet à chacun de montrer ce qu’il propose et entre commerçants ou artisans de voir ce que chacun fait.
Au final on peut dépasser des manques d’informations et redynamiser la communication.

carte-premery-site

Commet améliorer la présence sur le net des petits commerces ?

En faisant la carte des commerces et artisans de la ville je me suis rendue compte que seule une pincée de lieux étaient correctement renseignés.
Je me suis inscrite au programme Local Guide Google, à moi de convaincre les propriétaires d’entreprises de revendiquer leurs adresses afin de maitriser leurs informations sur google Map.
J’ai créé des cartes pour le site, une grande carte pour tout le monde et une localisation pour chacun.
Je pense proposer un stage pour apprendre à gérer les informations qui apparaissent sur la map, en général les gens pensent que cela se fait tout seul et que c’est Google qui fait des erreurs, ils n’imaginent pas pouvoir exercer une action sur la localisation.
À Prémery même la mairie est placée de travers et la photo ne correspond pas du tout !
Comme quoi il me reste encore beaucoup de travail à faire pour que soit mis en valeur le cœur de la Nièvre !

 

Création d’un dépliant

Création d’un dépliant

La création d’un dépliant avec des logiciels libres

Pour me préparer au salon du livre de Saint-Pierre-le-Moûtier je me suis créé un petit dépliant.
Je vous montre ici quelques étapes de cette création, afin que vous puissiez imaginer ce que représente ce travail.

Le croquis de départ

Création d'un dépliant Création d'un dépliant

En premier lieu je réunis toutes les informations que je vais écrire dans mon document, et je les organise sous forme de rubriques afin de placer les plus importantes à l’intérieur du dépliant.
Sur la face qui se verra en premier quand le dépliant sera fermé, je mets le logo, une image représentative, mon adresse et le QR code.
Au dos quand le dépliant sera fermé, les tarifs et dans le volet intérieur à l’ouverture une image qui représente des économies.
Ensuite je dessine mes rubriques sur un papier A4 que j’ai plié pour bien placer mes éléments.

Les illustrations

Je voudrais que mon dépliant comporte des dessins gais et personnels, je me suis donc attachée dans un premier temps à la création de mes petits motifs, un par un.

Création d'un dépliant personnages-depliant2

À chaque fois je dessine sur papier et ensuite je retravaille mon croquis sous Photoshop, je fais attention de bien poser mon croquis sur un format en 300 dpis, et en CMJN.
Je stocke tous mes motifs dans un dossier dépliant.
Quand tous mes motifs sont prêts, je travaille sur un nouveau fond en A4 plus un bord perdu de 5 millimètres dans mon Photoshop, je me suis aussi servie de Scribus pour réaliser certains éléments de mon décor.
Une fois mes fonds finis je vais passer au texte.

Création d'un dépliant Création d'un dépliant

La mise en page

Tous mes textes sont dans un fichier sous format texte, j’ouvre mon logiciel Scribus et je crée un nouveau document en A4 avec deux pages sur lesquelles je choisis de mettre trois colonnes.
Je mets mes images de fond sur chaque page, et je définis les zones de texte que j’insère au fur et à mesure.
À chaque fois j’ajuste mon texte avec l’éditeur, je choisis une couleur, je règle l’espacement des caractères et j’enregistre sous le format Scribus et j’exporte en PDF.
Je mets tout sur mon serveur et j’appelle Corine et Carine pour la correction des fautes.
Avoir une petite équipe de personnes compétentes est vraiment utile, personne n’est parfait et l’orthographe n’est pas mon point fort !
Si vous avez besoin de corrections, vous pouvez me demander les coordonnées de mes correctrices elles sont très professionnelles.
Sinon je vous recommande d’utiliser Reverso tout en ne lui accordant que les deux tiers de votre confiance.
Complétez votre correction par un tour sur les conjugaisons grâce au site « conjugue ta mère ».

Le dépliant est fini

depliant-inmediarte-2 depliant-inmediarte-1

Voilà, je pourrai l’imprimer chez moi selon mes besoins.

L’imprimante un outil capital

L’imprimante un outil capital

Choisir une imprimante

Au départ, je ne souhaitais pas avoir d’imprimante ; mais je me suis rendu compte que pour la personne qui demande un travail, pouvoir tenir la maquette entre ses mains est très important.
Même pour moi, pour tester le pliage d’une brochure, ou la mise en page d’une couverture, rien ne vaut un bon tirage pour juger de l’apparence finale du produit.
Pour avoir aussi la possibilité de fournir un petit service auquel certaines personnes de ma ville sont habituées, à savoir que je leur fasse leurs croquis préparatoires sur-mesure pour leurs travaux créatifs.

J’ai donc cherché une imprimante qui puisse prendre en charge le format A3 et je suis tombée sur la page des comparatifs à voir ici.

 

J’ai choisi une  Epson Workforce

J’ai lu tous les avis et franchement, quand je vois des gens qui n’arrivent pas à se servir d’une machine, ça me fout la trouille.
J’ai donc hésité, puis je me suis lancée, en espérant ne pas faire partie de ceux qui reçoivent une bécane défectueuse.

J’avais des angoisses. Je me voyais en train de suer devant des papiers coincés ou des cartouches qui dégoulinent. La nuit, je m’endormais en rêvant de cette imprimante, car j’ai eu tout d’abord bien du mal à me la procurer !

cauchemard-imprimante2

 

J’ai voulu me la jouer «j’achète prés de chez moi».
J’ai passé commande par téléphone à B….. V….. sur Nevers, et là un délai de 48 heures m’ayant été annoncé, j’ai dû rappeler trois jours après n’ayant pas de nouvelles.
Promesse du vendeur de me rappeler «- dés qu’il avait des informations… »
Le lendemain, je le rappelle ; le jour d’après aussi …
Puis j’ai fini par parler de décommander : il m’a alors parlé de réduction.
Enfin, qu’il l’aurait le lendemain avant midi.
C’est donc dès le lendemain, huit jours après ma commande et après maints coups de fils au vendeur, que je vais sur Nevers où je reçois un coup de fil du monsieur où il me dit :«non, je ne  l’ais pas, mais demain… »
Le lendemain, je retourne à B….. V….. . Et là, je découvre que le vendeur n’a passé commande que la veille !
Le magasin est sale, de nombreux néons en panne, des consoles renversées et des gens visiblement tous occupés a tenter de conserver leurs doigts dans leur derrière.

Un gros malaise qui n’a fait que s’aggraver quand à midi le vendeur me raconte un bobard de plus, à savoir que le fournisseur n’était plus joignable par téléphone, leur ligne visiblement serait coupée.
(mais non monsieur, je ne suis pas une courgette !)
Je suis alors sortie de mes gongs pour lui dire que je décommandais mon imprimante car le magasin ne m’inspirait plus confiance, que c’était le bazar, qu’ils étaient tous visiblement dépassés et qu’il était inutile de me rappeler.

Je suis rentrée chez moi, j’ai ouvert le site «Bruneau, fournitures de bureau», et 48 heures plus tard je déballais ma Workforce. Elle n’avait pas de grandes dents, et bien que je sois toute émue, j’ai réussi à l’installer rapidement.

 

Imprimante Epson-workforce

Mes premières impressions

J’ai vite imprimé mes premiers essais. J’avais en effet besoin d’installer ma vitrine volante.
Mon idée était de réaliser une petite suspension avec des documents récents.
Je pourrais ainsi, sans m’encombrer, montrer un peu mon travail aux visiteurs.
La prise en main de l’interface est assez profonde, mais comme j’ai l’habitude de me servir d’un gros copieur, je ne suis pas dépaysée et je retrouve toutes les fonctionnalités d’un outil professionnel.
Choix du degré de définition pour le scanner, génial, car c’est en ayant une grande définition qu’on obtient les meilleurs grains de reproduction ! Choix aussi du côté des reliures ! On peut même imprimer en miroir si on veut faire comme Léonard DeVinci.

Photoshop donne de meilleures couleurs quand il gère l’impression, je suis ravie, comblée, et je peux accrocher mon abat-jour vitrine au plafond !

lampadaire fait avec l'imprimante

Voilà, si un jour vous avez besoin d’une imprimante et que vous hésitez, comparez et lancez-vous ! Une bonne marque est toujours gage de qualité.

Mais si vous n’avez pas de formation sur un appareil pro, faites un petit séjour près d’une personne qui connait toutes les ficelles de l’impression.
Vous saurez alors vous servir d’une machine un peu plus complexe que l’imprimante domestique. Faites confiance à un vrai professionnel ( moi par exemple ! ) et surtout, n’écoutez pas les avis des grincheux qui au bout d’un an n’arrivent toujours pas à scanner leur documents !

 

Voir les caractéristiques de mon imprimante sur le site Les numériques.

 

 

 

 

Création pour Notre Dame de Montenoison

Création pour Notre Dame de Montenoison

Un set de table pour le banquet médiéval

Entre deux mises en page et un site sur le coin du grill je m’attelle ces jours-ci à la réalisation de la face deux du set de table pour le banquet de Montenoison.

Objectif : intégrer la cavalerie dans une image évocatrice de l’évènement.

grand_tournoi_de_chevalerie

Voici mon document de travail : les couleurs ne sont pas trop mal, par contre on m’a filé une image provenant du site des prestataires du spectacle.
Visitez le site des spectacles de chevalerie Marc Devallois
Le cadrage est mauvais et la définition est basse : il va donc falloir beaucoup de boulot pour avoir une image imprimable qui soit attractive.
J’étale l’objet sur mon Photoshop et je prends mes calques, ma loupe et mes pinceaux.

Voici le set de table fini

set-de-table-face2

 Et de l’autre côté du set

Aucun document n’étant fourni j’ai ressorti de mes archives personnelles une photo prise depuis le lieu du banquet où j’étais convive l’année dernière.
Le souhait de l’organisatrice était de voir un faucon sur le set.
J’ai redessiné un oiseau sur Photoshop et tracé une bannière sous Inkscape.
Vous remarquerez la lettrine qui comprend l’image de Mahaut princesse fondatrice du château, elle se trouve également de l’autre côté mais dans le M cette fois-ci.

projet-set-de-table2
Réalisé pour offrir un souvenir du banquet aux participants qui soutiennent l’association.

Cliquez ici pour me demander un devis .

Vous pouvez consulter la page : Comment faire une demande de devis, cela pourra vous aider à mieux cerner votre besoin.

Relooking de sites

Relooking de sites

Relooking de sites, relooking de documentations

Cet article, basés sur des travaux effectués pour des clients réels, vous permet de visualiser et d’identifier votre profil.
Vous pouvez  vous reconnaître dans les cas de figure ci-dessous ?

 

Relooking de sites

J’ai été sollicitée par Jacques Tréfouël, réalisateur de documentaires, car il avait un vieux site internet dont il n’arrivait pas à changer l’interface.
Webmaster en vadrouille, perte de contact avec l’hébergeur, un vrai casse-tête pour ce monsieur.
Il voulait un style de site plutôt sobre. Habitué au fond noir, il voulait dans un premier temps garder un noir à cent pour cent.
Je lui ai expliqué que les nouvelles tendances étaient plutôt au gris foncé voire très foncé mais que le cent pour cent noir était démodé.
Il a tout de suite adhéré au style épuré de son nouveau site. J’ai eu la chance de collaborer avec ma fille Alice Chetail sur ce projet, c’est elle qui a créé les icônes en bas de page.
L’idée de mettre des sliders avec les captures de ses films rend les portfolios vivants et on peut y voir des images qu’aucun autre site traitant de son œuvre ne propose.

Visitez le site : Les films du lieu dit

site de jacques trefouël dans Relooking de sites, relooking de documentations site de jacques trefouël dans Relooking de sites, relooking de documentations site de jacques trefouël dans Relooking de sites, relooking de documentations site de jacques trefouël dans Relooking de sites, relooking de documentations

 

Site personnel :

visitez le site de web-croqueur un passionné du Nivernais.
Philippe Poiseau faisait de plus en plus de photographies. Un jour il a eu envie de les montrer sur un site et éventuellement d’avoir des petits revenus de la publicité pour payer son hébergement.
Avec un site comme celui que je lui ai fait, il dispose d’un serveur pro et ses revenus annuels grâce à Adsense lui payent son hébergement qui est de 70 euros par an.
Il peut laisser libre cours à sa passion pour le patrimoine et il devance tous les sites touristiques de la Nièvre avec des statistiques de visites étonnantes qui récompensent bien ses efforts.
Ce qui m’a demandé le plus de travail c’est l’image d’en-tête de son site. Mais c’est lui qui a trouvé la jolie phrase :  » La Nièvre, un diamant dans son écrin de Bourgogne. »
Belle phrase qui m’a bien inspirée, je lui souhaite de poursuivre sur la voie du succès.

nievres-passion dans Relooking de sites, relooking de documentations

 

Relooking de documentations

Le papier d’un dépliant vieillit et son apparence se démode.

Avec celui sur la prairie calcaire j’ai pris un grand plaisir à utiliser mes propres photographies d’orchidées.
J’ai repris l’idée du document de base mais j’ai travaillé dans le goût du jour avec des couleurs plus fraîches et surtout j’ai collaboré avec Alexandra Bobault, jeune fille traductrice alors en stage à mes côtés, pour faire de ce dépliant un vrai document bilingue.
Pour cela nous avons  travaillé ensemble sur le texte en français, afin de garder uniquement les propos indispensables et attractifs, nous avons hiérarchisé différemment les paragraphes et j’ai dessiné une petite couverture sous Inkscape.

Voici la documentation : Avant / Après

relooking de documentationsrelooking de documentations

La butte aux orchidées face A, dans Relooking de sites, relooking de documentations La butte aux orchidées face B, Relooking de sites, relooking de documentations

 

 

Vous pouvez télécharger le document « La butte aux orchidées » en version imprimable en cliquant ici.

 

Set de table pour repas festif :

Chaque année à la fin du mois d’août, l’association des amis de Notre-Dame de Montenoison organise un banquet médiéval.
C’est l’occasion de fournir un produit que les clients auront plaisir à réutiliser chez eux : un set de table qui va leur rappeler ce délicieux moment de ripaille en plein air.
Problème annuel, la dame n’a pas d’images, il faut alors dessiner !
Heureusement l’année dernière je faisais partie des convives et en quittant le banquet j’ai pris une vue du panorama.
Grâce à Photoshop j’ai redessiné un bel oiseau et je lui ai fait porter au bec une bannière avec la date de la manifestation.

set de table dans Relooking de sites, relooking de documentationsset-de-table-face2

 

Cliquez ici pour me demander un devis .

Vous pouvez consulter la page : Comment faire une demande de devis, cela pourra vous aider à mieux cerner votre besoin.

Dessins, illustrations, œuvres

Dessins, illustrations, œuvres

veronique-iniesta-site, Dessins, illustrations , œuvres

Ma formation tout terrain

J’ai appris bien des choses, mais ce n’est pas à l’école !
Je fais partie de la génération pop et sixteen où il était courant de faire l’école buissonnière et de se lancer dans de nombreuses expériences professionnelles.
J’ai tenu le coup jusqu’au BAC avec une spécialisation en art plastique puis je suis rentrée dans la vie active.
J’ai cependant travaillé dans le domaine artistique très jeune et ma première exposition importante a eu lieu à Lyon : j’avais 24 ans.

Du décor de théâtre à la communication

Après avoir été polyvalente au sein de la très familiale « Compagnie du merveilleux » j’ai ouvert des ateliers de peinture au plus grand nombre et me suis adaptée à la demande de multiples employeurs.
C’est à ce moment-là que je suis intervenue dans des centres sociaux, des écoles, et en particulier un ESAT.
Monter des expositions collectives, créer des évènements artistiques m’a amenée à réaliser des affiches et des documents.
C’est donc plus de 15 ans d’expérience accumulée dans ce domaine.

De la politique et du tourisme

J’ai croisé la route de personnalités politiques et je me suis trouvée impliquée dans la gestion des discours et la réalisation de campagnes électorales. Je peux dire que cela fut l’expérience la plus dure mais aussi la plus révélatrice du pouvoir des mots dans une campagne de communication.
Ensuite j’ai épaulé mon ex-mari dans son rôle de directeur régional au tourisme et puis j’ai trouvé naturel d’accepter un poste à l’Office de Tourisme de Prémery où je suis restée deux ans afin de les lancer sur les réseaux sociaux, de réaliser leur site internet et de remodeler leurs documentations.
Je n’y suis pas resté car la charge de travail devenait trop lourde et devait se doubler d’un rôle d’hôtesse dans lequel j’avais de moins en moins de temps pour m’investir.
J’ai alors décidé de créer mon entreprise de communication car c’est vraiment ce que j’aime faire par dessus-tout.

Cliquez ici pour visiter mon site il vous donnera une idée de ce que j’ai en magasin !

 

Cliquez ici pour me demander un devis .

Vous pouvez consulter la page : Comment faire une demande de devis, cela pourra vous aider à mieux cerner votre besoin.